dimanche 16 décembre 2012

Celui qui en avait marre des amalgames


Depuis un peu plus d'un mois que j'ai ouvert ce blog  je n'ai fait que parler de mes coups de cœur. Je vais ici exprimer mon premier coup de gueule.
Le syndrome d'asperger est peu ou pas connu en France du grand public.
Ces derniers jours le syndrome est malheureusement évoqué dans la presse par le biais du jeune homme qui a perpétré un massacre dans la ville américaine de Newtown.
Il semblerait en effet que ce criminel était entre autre atteint de ce syndrome.
Peut être buvait il également régulièrement du coca cola ou avait des hémorroïdes mais en tout cas c'est son statut d'autiste asperger qui est le plus évoqué comme explication.
Il faut dire que son acte abject est inexcusable et incompréhensible mais faut il pour autant céder aux raccourcis faciles ?
Ne faudrait il pas plutôt chercher une explication dans une société prônant la violence comme modèle et solution à tous les problèmes et où les criminels sont portés aux nues ?
Et que dire d'une nation où il est plus simple de s'acheter un fusil d'assaut automatique qu'un pack de bière et où on vend dans les supermarchés des fusils de snipers rose barbie pour les filles...
Les journaux, pour illustrer le sujet, ont interviewé des spécialistes du syndrome mais on voit bien qu'ils n'ont retenu au final que les 10 secondes où ils ont réussi à faire dire à l'intéressé qu'un aspie n'éprouve pas d'émotions, n'a pas de tabous et est capable de tout...
Je pense que beaucoup de ces spécialistes ont du être bien amère en voyant leur propos travestis ou tronqués.
Je suis atteins du syndrome d'asperger depuis ma naissance. Je n'ai jamais fais de mal à qui que ce soit ou tout au moins jamais intentionnellement. Je n'ai aucune arme et n'en veux aucune. Je n'exprime peut être pas comme vous mes émotions ou mes sentiments et j'affectionne ma solitude.  Mais je ne suis pas pour autant un criminel ou un psychopathe en puissance. Je suis juste quelqu'un de différent qui essaie de vivre comme il peut dans une société qu'il ne comprend pas vraiment et qui ne le comprend pas vraiment en retour.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire