mercredi 9 janvier 2013

Végas


Végas est un jeu comme je les aime : facile à expliquer, accessible à tous, et très agréable à jouer.
Le jeu permet de 2 à 5 joueurs de se livrer à une joute de flambeur à la grande époque des casinos de Las Vegas dans les années 70/80. Le jeu est très simple et utilise peu de matériels à savoir 40 dés (8 pour chacune des couleurs), 6 plateaux représentant chacun un casino différent et correspondant à une des faces de dé, un paquet de 54 cartes représentant des billets de différentes valeurs (10 000 $ à 90 000$).
Chaque joueurs va prendre les 8 dés à sa couleurs. On dispose sur la table les 6 plateaux de casino. On mélange les cartes de billet et on tire des billets pour placer au grée des valeurs entre au minimum 50 000 $ et 90 000 $ sur chaque casino.
Les joueurs vont à leur tour lancer tout leur dés. Ils vont devoir choisir une des valeurs de dés obtenues,
placer l'ensemble de dés de cette valeur sur le casino correspondant puis récupérer les dés restant. Le but étant d'être majoritaire en nombre de dé à sa couleur sur un ou plusieurs casino afin d'en récupérer la plus grosse coupure. Si l'on est deuxième sur un casino on peut récupérer la deuxième plus grosse coupure. En cas d'égalité en nombre de dé sur un casino les mises des joueurs se neutralisent. Les joueurs vont lancer et placer leur dés sur les casinos jusqu'à ce qu'ils n'en aient plus. Une fois tout les dés placés on distribue les gains qui sont conservés par les joueurs faces cachés.
On fait en tout quatre manche au terme desquels on totalise les gains.
Si l'on joue à moins de 5 joueurs chaque joueur récupère un certain nombre de dés blanc qui deviennent des dés neutres a utiliser afin de bloquer les autres.
J'aime beaucoup ce jeu simple, fluide et efficace. Le hasard des dés est nuancé par le choix du placement sur les casinos. Le thème est bien restitué et l'on se prend vite au jeu des enchères et du bluff.
À noter pour les possesseurs de iBidule, j'ai vu sur le net qu'une application était en cours de développement.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire