mercredi 14 novembre 2012

Asperger ?!?! C'est grave docteur ?



Le syndrome d’Asperger est peu connu du grand public et comme tout ce qui est pas connu il fait peur aux gens.
Il faut dire que quand on parle d’autisme, de cécité sociale ou de Trouble Envahissant du Développement (TED) cela a de quoi faire peur.
Pour le coup avec tout cela on pourrait presque s’attendre à ce que je puisse me garer sur les places handicapés. Et les gens vous imaginent déjà avec la camisole de force en train de vous baver dessus prostré sur vous-même dans une pièce capitonnée.

Les rares fois où j'ai dis à quelqu'un que j'étais un aspie j'ai toujours eu l'impression que pour elle c'était la fin du monde et une nouvelle hyper triste. Je leur aurais annoncé que j'avais une maladie mortelle cela n'aurait pas été plus grave.

Être aspie n'est pas pour moi une tare mais plutôt une richesse. C'est certes compliqué pour les rapports avec les autres mais autrement je vois le monde sous un angle original. Je suis solitaire mais la solitude ne me gène absolument pas car j'ai une vie intérieure très riche et des loisirs assez solitaires.

Quand je regarde le monde des neurotypiques par le biais des actualités ou émissions de télé réalité je me dis que ce n'est peut être pas moi qui suis anormal.
Un monde d'aspie serait sûrement un monde meilleur. Les gens seraient honnête, diraient toujours ce qu'ils pensent, seraient modérés dans leur émotions et agiraient logiquement.

Les gens dit normaux ont tendance à chercher à se rassurer en prêtant aux personnes déficientes des super pouvoirs. Ainsi pour eux par exemple un aveugle sera capable d’entendre voler une mouche à 300 mètres. Et pour beaucoup d’entre eux un asperger est un génie en puissance caché derrière un autiste. On assiste ainsi à une réécriture de l’histoire où les génies des temps passés et présents se retrouvent asperger à l’issu de leur plein gré. Ainsi Mozart, Steve Job, Bill Gates, Albert Enstein deviennent des aspies. C’est peut-être vrai mais rien ne viendra le prouver.

Pour ma part je suis sur ce point là tout ce qu’il y a de plus normal et banal.
Ne renversez pas une boite d’allumette devant moi en espérant que j’annonce le nombre d’allumette par terre.  Ne m’amenez pas dans un casino pour que je compte les cartes. Ne comptez pas sur moi pour écrire un opéra ou inventer un remède contre le cancer d'ici à la fin de la semaine. Vous risquez d’être très déçus autrement.

Il est vrai en revanche que j'ai un QI élevé (132) et j’ai une assez bonne capacité d’analyse. Malheureusement une grande partie de ce surplus sert exclusivement à compenser mes carences sociales et faire fonctionner ma machine à faire semblant et croyez-moi je dois consommer pas mal de ressources pour la faire fonctionner.
Comme je ne parle pas beaucoup et que je suis assez réservé je suis persuadé que beaucoup pense que je suis un peu « neuneu » ou totalement inintéressant.

Je suis assez bon pour les tests tant intellectuels que de personnalité car 40 années d’expérience à tout analyser et faire tourner ma machine à faire semblant m’ont littéralement blindé dans ce domaine.

Je ne dirais pas qu'être asperger est génial mais si un médicament miracle venait à sortir et pouvait me rendre "normal" je ne suis pas sûr de vouloir le prendre...


Aucun commentaire:

Publier un commentaire