vendredi 1 novembre 2013

Saga tome 1 et 2

De temps en temps, au grès de mes lectures, il m'arrive de tomber sur une petite perle. Quand je dis perle, je ne veux pas nécessairement parler de chef d'œuvre, mais plutôt d'une œuvre tellement originale dans sa partie qu'il y a un avant et un après. Saga est une de ces perles.

Il s'agit d'une série comics américaine en cours qui est publiée depuis 2012 chez Image et dont le deuxième recueil vient de sortir en français chez Urban Comics sous leur label Indies. Au scénario de ce comics on retrouve Brian K. Vaughan à qui l'on doit déjà plusieurs œuvres super héroïques chez DC et Marvel mais surtout, et c'est pour cela que je l'apprécie, les géniales séries Y - The last man et Ex Machina ou bien le one shoot Pride of Baghdad. C'est un scénariste de talent que j'aime beaucoup pour la richesse et la subtilité de ses intrigues. Il s'adjoint ici au dessin le crayon de Fiona Staples qui nous livre ici sa première œuvre majeure.

À la base l'histoire de Saga n'est pas d'une grande originalité, ce qui m'avait jusqu'à présent dissuadée de la lire malgré les nombreuses critiques élogieuses. Il faut dire que le pitch de base peut faire peur avec une resucée de l'histoire de Roméo et Juliette à la sauce Space Opéra. Mais très vite on découvre que cette histoire est bien plus riche que cela.
Ici pas de longue présentation expliquant qui est qui ou qui fait quoi : l'histoire démarre sur les chapeaux de roue. On assiste à une scène d'accouchement dont les deux protagonistes sont les héros de l'histoire. On se rend vite compte qu'ils sont tout deux issus de races différentes : l'homme est affublé de corne de bélier et la femme arbore une paire d'aile d'insecte. À peine l'enfant né deux troupes de soldat débarquent pour les tuer et la fuite démarre.
Reprenant l'antagonisme propre à Roméo et Juliette, l'auteur remplace l'affrontement de deux familles par celui de deux races extra terrestres se livrant à une guerre sans fin. D'un côté il y a la Couronne, dont fait partie l'héroïne Alana, peuple ailé basé sur l'usage de la technologie, et de l'autre les Luniens, race du héros Marko, peuple cornue dont la civilisation est basée sur la magie. Les deux héros, anciens soldats déserteurs, sont tombés amoureux l'un de l'autre et on laissé tomber leur camps pour avoir un enfant. Les chefs des deux camps redoutant l'impact que pourrait avoir l'annonce de la naissance d'un tel enfant lancent à leur poursuite des militaires et des chasseurs de prime. Je n'en dirais pas plus de peur de gâcher le plaisir de lecture de futurs lecteurs.

Dit comme cela on pourrait craindre le pire avec une histoire racontée 100 fois, mais les deux auteurs nous livrent ici une ré interprétation riche en couleur et super originale. Les personnages ne sont pas manichéens et au fil des numéros (6 par album) on va découvrir leurs histoires et leurs motivations. Le récit est racontée par une voix off qui est celle du bébé qui se remémore le récit de sa petite enfance. L'humour et l'absurde sont constamment présent même si c'est avec beaucoup de subtilité aussi bien dans les textes que dans les dessins.
Le récit est parfaitement maitrisé et Vaughan déploie lentement mais sûrement son intrigue.
Le dessin de Staples est un vrai bonheur tant au niveau du trait que des couleurs. Il fait d'ailleurs plus penser au style franco-belge qu'au comics.

Comme je le disais plus haut la série cumule les critiques élogieuses et les prix (Eisner, Hugo, Harvey,...). Je pense qu'après ces quelques lignes vous aurez compris combien j'appréciais cette toute jeune série dont j'ai hâte de voir les volumes s'aligner dans ma bibliothèque.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire