lundi 10 mars 2014

Before Watchmen - Le bilan final

Il y a quelques temps, au début le vie de mon blog, j’avais traité d’un comic qui m’avait marqué tout autant qu’il avait marqué l’industrie du comic en général dans les années 80. Il s’agissait de Watchmen de Alan Moore et Dave Gibbons publié initialement en 1986 chez DC.

Ce comic en 12 numéros avait littéralement révolutionné le genre du comic de super héros en détruisant totalement les codes de l’époque et faisant basculer ce genre de l’adolescence à l’âge adulte.
L’histoire prenait place dans une version alternative des années 80 de l’époque où, depuis les années 30, des justiciers costumés sans super pouvoirs faisaient régner la loi juste pourvue de leur courage et de leur adresse au combat. Ces héros avaient connu leur heure de gloire dans les années 40/50 avant de sombrer dans l’oubli et le mépris de ceux même qu’ils étaient censés protéger et finir par être purement et simplement interdit à la fin des années 70 par une loi. L’arrivée d’un vrai super héros, Dr Manhattan, détenteur de pouvoir quasi divin travaillant pour le gouvernement américain a perturbé l’ordre mondial et au début du comic on est à la veille d’une guerre nucléaire totale menaçant de balayer l’humanité.
L’histoire du comic est connue et partant de l’assassinat de l’un d’entre eux les anciens membres du groupe des Watchmen vont se retrouver pour découvrir qui est ce mystérieux tueur et ses plans.

Watchmen était une œuvre révolutionnaire pour l’époque, tant par son histoire (d’anciens justiciers reprenant du service dans une société qui les méprise), le contexte (la guerre froide et sa folie traitée sans concessions), sa forme (la construction des récits et des pages étaient d’une grande originalité et audace), son ton (je n’avais rien lu à l’époque de si désabusé et sombre dans les comics), sa folie (un comic dans le comic avec l’histoire de pirates lu par l’un des personnages), etc… La liste de ce qui fait de Watchmen un monument est encore très longue.
Après ce comic, le genre à réellement changé et tous les éditeurs ont progressivement commencé à sortir des histoires plus matures abordant des thématiques plus en phase avec un lectorat ayant vieilli.
En sa qualité de monument, avec son histoire complète en 12 numéros, Watchmen a longtemps était considéré comme intouchable c’est-à-dire pas de suite ou d’adaptation envisageable. Cela a été vrai jusqu’à ce que sorte le film Watchmen en 2009. Sans être transcendante, l’adaptation était sympathique mais elle ne se bornait qu’à adapter l’histoire de super héros en abandonnant la forme qui en faisait la richesse. Si le film a beaucoup était décrié par les fans de la première heure il aura au moins eu le mérite de faire venir de nouveaux lecteurs vers le comic d’origine.

A la suite de la sortie de ce film, DC a souhaité apporter une suite au comic Watchmen. Le projet a tourné pendant quelques années déchaînant la colère des créateurs d’origines (surtout Alan Moore) et des lecteurs de comics (persuadé du risque de voir surgir un produit bassement commercial).
Finalement le projet a fini par aboutir il y a un peu plus de deux ans avec la sortie d’un ensemble de mini-séries racontant les événements précédant l’intrigue de Watchmen de l’arrivée des premiers justiciers dans les années 30 jusque aux prémices de l’histoire de Watchmen. Le moins que l’on puisse dire c’est que DC était attendu au tournant avec cet exercice pour le moins casse gueule…

Pour réussir le pari DC c’est donné les moyens de ses ambitions. Chacune de ces séries à bénéficier d’un couple scénariste/dessinateur de qualité avec des pointures du comic moderne. Les histoires racontées se répondent les unes les autres afin de former un récit global qui sert à introduire la série historique des années 80.
Fin 2012, Urban Comics a commencé à publier ces histoires au sein d’un magasine kiosque bimestriel Before Watchmen regroupant 5 épisodes différents par numéro. Ainsi en un peu plus d’un an et 7 numéros l’ensemble des séries ont été publiées pour un coût très économique global de moins de 50€. Depuis le début l’année, ces mêmes séries sont à nouveau publiées mais cette fois ci en librairie et en couvertures dures. Chaque album regroupe l’intégralité d’une des mini-séries ou des One-shoot.

Before Watchmen c'est donc les mini séries suivantes :
  • Minutemen : la minute de vérité de Darwin Cooke (dessins et scénario) en 6 épisodes. C'est à mon goût la meilleure de ces séries. Elle reprend les mémoires du premier Hibou avec lesquelles on redécouvre les Minutemen, le premier groupe de héros ayant sévi dans les années 30-50. On y découvre les lourd secrets de ce groupe ayant conduit à sa dissolution évoquées dans les annexes de Watchmen.
  • Spectre soyeux de Darwin Cooke et Amanda Conner en 4 parties. Dans ce récit frais et léger (par rapport aux autres) on découvre les premières aventures du deuxième Spectre Soyeux, fille du premier, qui adolescente dans la fin des années 60 va fuguer et découvrir le San Francisco de la période Hippie et Flower Power sur fond de drogue.
  • Le comédien de Brian Azzarelloet JG Jones en 6 parties. Ce récit sombre et violent raconte la
    descente aux enfers de ce personnages, qui meurt dans les toutes premières pages de Watchmen, sur fond de guerre et d'intrigues politiques.
  • Le Hibou de Straczynski et Kubert en 4 parties. Des années 60 aux années 70 ont découvre les origines de ce clone moins charismatique de Batman, sa rencontre avec Rorschach et l'une de ses aventures. Sympa mais sans plus.
  • Ozimandias de Len Wein et Jae Lee en 6 parties. Récit racontant la vie de se personnage ambigue persuadé d'être le sauveur de l'humanité de ses origines jusqu'à l'élaboration de son plan. Graphiquement beau mais un peu vide de sens.
  • Rorschach de Brian Azzarello et Lee Bermejo en 4 parties. On suit ici une enquête de ce personnage de justicier sans concession et totalement fou. Pas si mal que cela.
  • Dr Manhattan de Michael Straczynski et Adam Hugues en 4 parties. Cette série revient sur l'histoire de ce personnage si particulier avec son statut quasi divin.
  • Moloch de Michael Straczynski et Eduardo Risso en 2 parties. L'histoire pathétique de ce méchant d'opérette que l'on croise dans Watchmen.
  • Bill Dollar de Len Wein et Steve Rude. Ce One Shoot reviens sur ce héros de pacotille juste cité dans Watchmen pour sa mort stupide.
  • La malédiction du corsaire sanglant de Len Wein et John Higgins. Clairement la fausse bonne idée de Before Watchmen : vouloir refaire un récit de pirate comme le comic dans le comic de Watchmen. C'est creux, ultra violent et gore, au final sans intérêts.
Alors que retenir de tout cela. Premièrement, on est très loin du fiasco annoncé. Les histoires ne sont certes pas transcendantes mais elles se laissent lire sans déplaisir. On est loin de la profondeur scénaristique du récit d’origine et le ton si particulier de Watchmen a perdu de son originalité depuis car il a servi de base à la plupart des récits de ces 25 dernières années. Le dessin et la colorisation varient énormément d’une série à l’autre (chacune ayant ses propres artistes) mais est au final supérieur au dessin d’origine (le trait de Gibbons pour Watchmen était très connoté années 80).
Before Watchmen est donc un prequel au récit d’origine mais pour le nouveau lecteur qui voudrait s’atteler à lecture de l’ensemble il est chaudement conseillé de commencer par le récit d’origine car la lecture de ces série Before Watchmen en déflore toute l'intrigue. Ces séries comblent les vides laissés par Alan Moore en apportant des réponses pas toujours essentielles voir souhaitable. Certaines des explications données sont en effet assez laborieuses et ne se justifiés pas.
Au final si vous ne devez lire qu'une seule histoire Watchmen lisez le récit original et si vous voulez prolonger l'expérience pourquoi pas lire ces prequels qui a défaut d'être géniaux sont tout de même intéressant à lire.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire