mardi 6 mai 2014

Invincible : Compendium one

Quand on parle de Robert Kirkman on pense tout de suite à sa série à succès The Walking Dead qui depuis plus de 10 ans squatte le podium des meilleures ventes de comics aux USA comme en France. Pourtant il ne faut pas croire qu'il n'est l'homme que d'un seul comic. En effet, quelques mois avant la sortie du numéro 1 de sa série zombie en 2003, naissait un autre de ses personnages cultes : Invincible.
Invincible est une série de super héros mais pas que. Kirkman y met en oeuvre son talent de casseur de codes qu'il applique avec brio dans Walking Dead.

Mark Grayson est un adolescent achevant ses années lycée. Il a un petit job dans un fast-food histoire de gagner son argent de poche et vit avec les préoccupations de son âge (études, amis, amours et famille). Pourtant sa vie n'est celle de tout le monde car son père, en plus d'être un écrivain à succès, est Omni-Man l'un des super-héros les plus puisant de la planète (le superman local quoi). 
Mark va voir sa vie basculer quand il va découvrir qu'il a hérité d'une partie des pouvoirs de son père et va commencer sa nouvelle vie de super héros sous le nom de Invincible. Mais l'histoire ne lui réserve pas cette seul révélation...
Vous me direz encore une nième série de super héros comme il y en a tant. Et bien non ! Cette série est d'une fraîcheur et d'une originalité rare.

J'ai lu pas mal de comic de super héros depuis les années 80 mais j'ai beaucoup de mal à continuer à en lire maintenant.
Même si Marvel et DC parviennent encore à sortir quelques bons titres à l'occasion, la grosse majorité de la production tient plus de la purge que d'autre chose à mes yeux. : 
  • Les séries sont trop nombreuses (il faut lire une multitude de séries en parallèle pour espérer comprendre l'histoire),
  • les auteurs se prennent les pieds dans des continuités trop lourdes (plus de 50 à 75 ans pour certains personnages), 
  • certains usent et abusent des reboots où l'on efface tout pour mieux recommencer, 
  • les events sont devenus monnaie courante tant et si bien qu'il y en a 2 ou 3 par an, 
  • mis à part quelques rares élus, peu de couple scénariste/dessinateur peuvent rester plus de quelques numéros sur une série, 
  • on nous ressert en boucle les mêmes histoires encore et encore,
  • etc etc...
C'est pour ces raisons que le genre super héroïque m'ennuie au plus haut point depuis une dizaine d'année mis à part quelques rares séries comme Invincible ou The Boys et Irrécupérable.

En effet, Invincible est une série autosuffisante. Ici on vous demandera pas de lire 5 autres séries pour savoir de quoi on parle. 
Certes Kirkman à développé quelques spin off se déroulant dans le même univers (Brit, Wolfman,...), mais leur lecture ne s'impose absolument pas. 
Ici pas de continuité à rallonge tout ce que vous avez à faire c'est lire les numéros dans l'ordre car la série est feuilletonante. 
Les auteurs sont les mêmes depuis plus de 100 numéros à savoir Robert Kirman au scénario et Ryan Ottley au dessin (même si c'est Cory Walker qui a dessiné les 7 premiers numéro). Résultat ils travaillent sur la longueur et prennent le temps de développer leurs personnages et leur intrigues. Un point d'histoire, un dessin, un personnage ou un gag amorcé dans le numéro 1 peuvent revenir 40 épisodes plus loin sans problème.
Ce qui fait le charme de Invincible c'est son originalité, car si la partie super héroïque peut rappeler beaucoup d'histoire déjà vue (invincible étant un mix entre Spider-Man et Superman) elle n'est que la partie émergée de l'iceberg. En effet, la série s'attache plus aux personnages et à leur relation qu'aux combats de gros musclés s'envoyant des semi-remorques à la figure.
La série traite de la romance (sans jamais être cul-cul façon Smalville), de l'humour (léger mais marrant) et du tragique (avec des thèmes sérieux comme l'alcoolisme ou l'effondrement de la famille).
Le dessin est sobre et épuré, sans artifice avec des couleurs numériques. Si le style peut paraître naïf par moment quand le scénario le demande il peut basculer dans une violence et un réalisme surprenant.

Invincible est donc vraiment ma série de super héros favorite et une de mes meilleures expériences tout support confondu (roman, série, cinéma, BD, comic,...). Chaque numéro est un pur bonheur de lecture et contrairement à l'autre série de Kirkman (The Walking Dead) elle reste toujours aussi intéressante à lire après plus de 110 numéros.

En France cette série n'a malheureusement pas le succès qu'elle mérite. 
Delcourt la publie en TPB à couverture rigide de 6 numéros chaque et l'on en est au 12ème tome soit le numéro 70 environ. La publication de la série fut abandonnée pendant un temps avant d'être sauvée par le succès de Walking Dead (qui fait que tout ce qui porte la signature de Kirkman se vend bien) d'où l'important retard de la France.
Personnellement, je la suis en VO car primo c'est bien plus économique et surtout le niveau d'anglais nécessaire n'est pas trop important. 
En VO il existe plusieurs façon de suivre la série : au numéro (4€), au TPB de 6 numéros (12€), à l'intégrale cartonnée de 12 numéros (25€) ou enfin le compendium de 47 numéros plus les extra à 45€. C'est avec cette dernière solution que j'ai découvert cette série il y'a trois ans en achetant le premier compendium de plus de 1000 pages. Cette solution est super économique car avec un seul livre à 45€ vous avez l'équivalent de 8 volumes Delcourt à 15€ pièce.

Pour finir voilà une très bonne critique faite par Pénélope Bagnieu, dessinatrice entre autre de la série Joséphine, qui en dit tout le bien qu'elle pense de cette série :


Aucun commentaire:

Publier un commentaire