vendredi 27 décembre 2013

Zombicide

Si il y a bien un thème qui est vu et revu dans tous les domaines (cinéma, comics, jeux vidéo, jeux de société, séries TV, etc…) c’est bien celui du zombie. Même nos amis les vampires n’avaient pas eu un tel battage médiatique, bien qu’ils aient bien fait parler d’eux jusqu’à en devenir ridicule (pour rappel les vampires "boule à facette" de Twilight me font toujours autant rire…).
Le milieu du jeu de société n’échappe pas à cette règle et ces dernières années c’est une horde de jeux sur le thème des zombies qui a envahie nos boutiques chéries (Zombies !!!, Humains !!!, Zombie dice, Last night on earth, Carnival Zombie, Dawn of the Zed, etc…). Avec cette masse de jeu, le meilleur (Carnival Zombie) côtoie le moins bon. Parmi toutes ces sorties, l’une d’entre elles a plus fait parlé d’elle : Zombicide.

Avec son habillage flashy, son mode de financement par kickstarter, sa tonne de figurine et sa distribution par Edge ce jeu à tout de la grosse production américaine et fleure bon l’américatrash. Pourtant les créateurs du jeu, Guillotine Games, sont bien de chez nous. Ce sont d’anciens créatifs du défunt Rackham Entertainement qui ont créé cette nouvelle structure pour sortir des jeux de figurines dans le genre Eurotrash. Pour l’instant Zombicide (et ses nombreuses extensions) est leur seul produit mais gageons qu’ils ont d’autre projet.

Zombicide est déjà sortie depuis plusieurs mois et il est difficile de passer à côté tant le jeu a eu du succès. Il faut dire qu’il part plutôt sur de bonnes bases car les créateurs sont des passionnés et cela se sent. Le matériel, quoi qu’un peu cher, est splendide. 
Le plateau de jeu modulable est composé de 9 dalles carrées doubles faces permettant de recomposer les rues et bâtiments une ville moyenne américaine dans les jours qui suivent le début d’une invasion zombie. Selon les scénarios on vous demandera de créer différentes configurations en agençant différemment ces dalles.
Le gros point fort du jeu est sans hésitation les figurines. Elles sont très nombreuses (65 zombies et 6 survivants) et superbement sculptées. Il existe plusieurs types de zombies dans le jeu (walker, runner, fatty et abomination) avec des capacités différentes et qui bénéficient de plusieurs types de gravures différentes. On ne se retrouve pas ici avec 50 clones de zombies sur le plateau ce qui renforce l’immersion.
Le reste du matériel (pions et cartes) est à l’avenant tout à fait correct. Tout au plus, je regretterais que les plateaux individuels servant de fiche de personnage sont dans un carton assez fin qui s’abîme un peu à l’usage et ce surtout avec le marqueur que l’on fait glisser en haut pour compter les gains d’expérience. Les cartes sont également au format mini US dont raffole Edge/FFG. Elles prennent peu de place mais ne sont pas facile à manipuler.

Le bilan n’est pas pour autant idyllique. La grosse faiblesse du jeu, à mes yeux, vient des règles. Certes, rien de catastrophique rendant le jeu injouable, mais tout de même un gros bémol. 
Tout d’abord, la première version de ces règles (que j’ai eu lors de mon achat) sont mal rédigées et laissent de nombreuses zones d’ombres et approximations. Certes avec les forums, FAQ et aides de jeu que l’on trouve sur le net tout cela s’arrange vite mais cela est fort dommage. On a vraiment l’impression que la priorité a été mise sur le matos plus que sur les règles. Ce problème est apparemment réglé avec la version 2 sortie dernièrement qui bénéficie de règles réécrites (disponible sur le site de l'éditeur en anglais seulement).
Les règles, une fois assimilées, sont simples et efficaces. Les tours d’enchaînent tout en souplesse entre les phases d’action des survivants et celles des zombies. 
Néanmoins, il convient de bien voir où l’on est avec Zombicide. Il ne s’agit pas d’un jeu de figurines façon simulation ou wargame avec des règles pointues et réalistes ni d’un jeu de plateau léger et fun. 
L’unité de mesure pour les déplacements et les distances n’est pas l’hexagone mais une zone carrée relativement vaste représentant une pièce ou une portion de rue entre deux passages cloutés (selon que l’on est en intérieur ou en extérieur). 
Les déplacements se font de façon orthonormée (c’est-à-dire pas en diagonale). 
La position et l’orientation des figurines au sein de la zone où elles se trouvent (elles peuvent être assez grandes de l’ordre de 10m² minimum) ne sont pas gérées par le jeu. 
Si les règles de combat au corps à corps ne posent pas de problèmes particuliers l’usage des armes à feu utilise un système de priorité de cibles assez "original". En gros si vous êtes seul dans votre zone avec des zombies ou que vous tiriez dans une zone voisine uniquement occupée par des zombies pas de problèmes. Si ce n’est que vous toucherez ces zombies dans un ordre imparti imposé (walker puis fatty puis abomination puis enfin runner). En revanche, et c’est là que le bât blesse, si vous devez tirer dans une zone où se trouve un ou plusieurs survivants la règle de priorité fait que ce sont eux que vous allez toucher en priorité avant de commencer à toucher les zombies. Quand on sait que les survivants n’ont que deux malheureux points de vie…
Cette même règle de priorité s’applique aux voitures. En effet, selon les scénarios vous allez pouvoir conduire des voitures qui peuvent s’avérer très efficace contre les regroupements de zombies. Sauf que si vous roulez sur une zone avec un ou plusieurs survivants à pied devinez qui va finir avec les rotules en miettes…
Le système de jeu est basé sur une progression des caractéristiques des survivants évoluant au fur et à mesure qu’ils « tuent » des zombies ou récupèrent des objectifs. A chaque seuil passé (jaune, orange et rouge) les survivants gagnent individuellement une nouvelle capacité venant les booster et en contrepartie la difficulté du jeu progresse par le biais de génération plus redoutable de zombies. Ici mon reproche vient du fait que mis à part pour l’abomination et la capture d’un objectif (5 points) chaque autre zombie tué ne rapporte que 1 point et ce peu importe que selon que l’on s’adresse à un walker, un runner ou un fatty le challenge ne soit pas le même.


Tout n’est pas à jeter dans les règles mais ces quelques points sont tout de même assez gênant et cassent un peu à mon goût l’immersion dans le jeu. Mais, comme je le disais plus haut, Zombicide n’est pas un jeu de simulation mais plus un jeu de plateau. Tous ces petits points de règle "litigieux" ont pour vocation d’équilibrer le jeu pour le rendre plus jouable même si cela se fait au détriment du réalisme.

Le système de règles fait que le jeu devient vite assez calculatoire voir abstrait. En effet, il faut constamment bien calculer ses actions et anticiper les cartes de génération de zombies pour ne pas risquer de finir sur la même zone que les zombies ou se faire déborder par un groupe plus rapide que l’on ne le pensait. 
Deux points de vie c’est super juste et le jeu ne permet pas trop le droit à l’erreur. C’est d’autant plus vrai que les parties peuvent durer longtemps (2 à 3 heures pour les plus longues) et quand on joue à plusieurs cela peut être rude et facile de se faire rétamer dès le départ pour ensuite devoir attendre patiemment que la partie s’achève.

L’aspect coopératif est bien présent car un joueur qui se la joue perso (faire un usage inconsidéré des armes à feu, aller trop loin du groupe, ouvrir trop de bâtiment, etc…) ne fera pas de vieux os face à la horde. Il faut constamment s’appuyer les uns sur les autres en échangeant les objets trouvés et en optimisant les capacités spéciales. De même il faut bien veiller à faire progresser en parallèle tous les survivants car la difficulté du jeu s’aligne sur le niveau du survivant le plus avancé.


Le jeu a eu un grand succès et bénéficie d’une forte communauté de fan sur le net qui le fait vivre. On trouve une quinzaine de scénarios complémentaires sur le site de Edge et encore plus sur les sites de jeux. Les fans proposent de nombreuses variantes de règles pour contourner les problèmes évoqués ci-dessus. Enfin avec ce Noël 2013, c’est presque une dizaine de suppléments divers et variés (dont je parlerais dans un prochain article) qui sont arrivés sur les étals.

Au final, Zombicide, n’est certes pas le jeu du siècle mais reste tout de même très agréable à jouer. On prend vraiment plaisir à lutter contre la horde de zombie qui envahie lentement mais surement la zone de jeu. Les miniatures sont vraiment superbes et avec un peu de cirage et de peinture noire pour le socle (cf. mon précédent article) elles en jettent sur la table. Côté points noirs, mise à part les règles, on pourrait reprocher que le matériel et les scénarios font que les parties tendent un peu trop à se ressembler.
Si j’ai acheté ce jeu c’est surtout, au-delà de son thème, car il se joue en solo. Comme tout jeu coopératif qui se mérite il suffit de jouer tous les personnages. Les règles étant relativement simple cela ne pose pas de problèmes majeurs de gérer 4 à 6 personnages à la fois.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire