dimanche 18 janvier 2015

La peinture sur figurine ou celui qui avait encore du temps libre


Ceux qui me connaissent ou qui suivent mon blog savent que j’aime bien me lancer des défis en m’initiant dans de nouveaux loisirs, champs de compétences ou de connaissances. Certains sont sérieux d’autres plus léger, mais ils ont une chose en commun c’est qu’ils m’enrichissent moralement et spirituellement parlant. Certains de ces défis sont toujours d’actualité 20/30 ans après et d’autres sont en standby même si je me réserve le droit d’y revenir (qui parle d’apprendre à jouer de la guitare ?).

Dernièrement j’ai découvert un nouveau loisir qui me manquait et qui me faisait envie par sa complémentarité avec mes autres loisirs : la peinture sur figurines.

Parcourir ce blog permets de voir que je suis ce que l’on peut appeler un geek. Mais quand je dis geek je parle de vrai geek, pas de ces parasites modernes qui ont découvert le concept en lisant Télérama et qui se croient geek parce qu’ils ont téléchargé une application sur leur smartphone ou vu la dernière saison de Games of Throne. Je suis un vrai geek pur et dur depuis ma plus tendre enfance et ce bien avant que le terme ne soit connu par chez nous. J’étais geek à l’époque où cela pouvait vous valoir une dérouillée quotidienne dans la cours d’école et le dédain de la gente féminine. Je fais partie de ce groupe d’élus qui peuvent démarrer au quart de tour à la simple évocation d’un nom, d’un nombre (42), d’une musique, etc… Au sein de la grande famille des geeks, je fais plutôt partie de la famille des geeks culturels, la technologie m’intéressant sans me passionner plus que cela (enfin c’est moi qui le dis même si mon niveau dépasse largement celui des simples mortels…).

Dans le cas qui nous concerne ici je suis passionné par tout ce qui a trait à la littérature et au cinéma de genre (SF, fantasy, fantastique, polar, etc…), aux représentations graphiques qui en sont faites (peintures, comics, etc…), aux jeux de société et plus particulièrement à l’américatrash et qui dit américatrash dit pilot de figurines plastiques.

Jusqu’à présent mes nombreux jeux de société avec figurines (Zombicide, Gears of War, Talisman,
Mices & Mystics, Dungeon & Dragon, etc, etc…) restaient désespérément ternes avec leurs figurines uniformément monochromes…

Le fait de mettre en peinture ces figurines m’avait bien traversé l’esprit mais la complexité des techniques à acquérir et le matériel nécessaire m’avait complément découragés. J’avais bien fait une tentative pitoyable (bien que satisfaisante à l’époque) de rehaussage des figurines avec du cirage (cf ici pour plus d’info) mais cela c’était arrêté là.

Depuis quelques mois le site de jeux de société Tric Trac se diversifie en proposant des vidéos sur des sujets variés tels que la bande dessinées, les wargames et la peintures sur figurine. Le co-animateur/invité de ces vidéos est monsieur Truliduli que les amateurs des sujets sur la peinture du forum de Tric Trac connaissent bien.

Après un vidéo fleuve de 3 heures où il a entrepris de peindre la figurine Zombicide de Monsieur Phal, il s’est lancé sur une série de vidéo tutoriaux abordant différents sujets destinés aux débutants : le matériel nécessaire, les aplats, le brossage à sec, etc… Ces vidéos fort sympathiques m’ont donné l’envie de m’essayer à la peinture sur figurine en en dédramatisant la complexité.

Concrètement, mon désir n’est pas de faire de la figurine de concours mais de faire ce que l’on appelle du Tabletop, c’est-à-dire des figurines peintes sommairement (mais avec amour tout de même) destinées à égailler le plateau de jeu mais dont le degré de finition ne les destinent pas à embellir une vitrine.

Dans les prochaines semaines je vais faire une série d’articles où le débutant que je suis va essayer de
faire partager ses expériences pour d’éventuels autres débutants. Je vais donc traiter du matériel nécessaire (où tout au moins que j’ai jugé nécessaire pour moi), des sources d’apprentissages (vidéos ou livres), de quelques techniques simples, et de mes premiers essais.

Par contre, j’ai bien conscience que je ne suis pas le « débutant type » dans le sens où ma différence (Cf. mes articles sur le syndrome d’Asperger avec lequel je vis) va faire que je suis extrémiste et bourreau de travail dans mes passions. C’est-à-dire que je ne vais pas hésiter à claquer 300 € de matos, lire 1 000 pages de guides divers et variés ou m’infliger des dizaines d’heures de vidéos de techniques sur You Tube jusqu’à 2/3 heures du matin. Comme pour tout ce je fais, je ne sais pas faire les choses à moitié et je les fais avec passion et démesure jusqu’à ce que je devienne un spécialiste. Donc je ne conseille pas à tout le monde de suivre mon modèle…

Aucun commentaire:

Publier un commentaire