lundi 18 août 2014

A touch of evil - Dark Gothic


Dans le monde des jeux de société il n'est pas toujours évident de reconnaître instantanément l'éditeur d'un jeu en jetant un simple coup d'œil au matériel disposé sur le table. Pourtant certains éditeurs ont su se forger une telle identité que l'on sait immédiatement quand un jeu vient de chez eux. C'est le cas de Flying Frog Production qui s'est construit une véritable identité par la qualité de son matériel de jeu (superbes figurines, cartes épaisses, CD d'ambiance, illustrations à base de photo, etc...) et une excellente réputation auprès de tout les joueurs qui ont un jour essayé l'un de leur jeu.
Cette éditeur est en quelque sorte le parfait exemple de l'Americatrash de qualité : thème très fort, superbe matériel, boîte qui déborde et mécaniques de jeu éprouvées à défaut d'être originales.
Depuis que j'ai acheté A touch of evil et Fortune and Glory j'ai attrapé le virus et depuis je guette chacune de leur trop rares sorties. Pour pouvoir jouer à leurs jeux, il faut savoir passer par les boutiques internet qui importent leurs produits car, les anglophobes vont être malheureux, il n'existe aucune version officielle française de leurs jeux et il n'y en aura sûrement jamais au vue de leur politique exclusivement centrée sur le marché US...

Mais revenons au sujet de cet article. A touch of evil est un des premiers jeux de cet éditeur sorti en 2008. Il propose une adaptation du concept de Horreur à Arkham en transposant une partie des mécaniques dans la nouvelle Angleterre post révolution où des aventuriers vont devoir lutter contre des monstres issus de la littérature de l'époque ou du folklore européen (vampire, sorcière, loup garou, nécromancien, etc...). En plus de revisiter ce genre de jeu avec brio, ce dernier avait trouvé sont originalité en mélangeant des illustrations styles fin XVIIIème siècle avec des photos d'acteurs en costumes d'époques. Le tout donne cette patte si caractéristique de Flying Frog qui alterne entre le génie et le style série B voir Z totalement assumé.
C'est donc avec intérêt que je guette depuis la Gencon 2013 les annonces autour de la sortie d'un jeu de Deckbuilding reprenant le thème et l'habillage de A touch of evil.
J'ai enfin reçu mon exemplaire ces derniers jours et après quelques parties voici ce que j'en pense.

On est ici dans un jeu Flying Frog donc ne cherchez pas des mécaniques de jeu qui vont vous mettre la tête à l'envers. On est face à un jeu de Deckbuilding assez classique empruntant des concepts à plusieurs jeux dernièrement sortis tel que Legendary Marvel , Ascencion ou Thunderstone.
Dark Gothic est dans sa version de base un jeu semi coopératif où les joueurs vont chacun incarner un héros différents ayant ses caractéristiques spéciales et une composition de Deck de départ propre. Les joueurs de A touch of evil seront en terrain connu car les héros sont tous issus de ce jeu et leur Deck de démarrage est composé de cartes de valeur une réparties en quatre catégories : Cunning, Fight, Spirit et Honor (un joker pouvant prendre le type désiré). Ils vont devoir optimiser leur Deck de départ en achetant de nouvelles cartes afin de vaincre trois boss (tirés aléatoirement parmis 9) qui vont successivement arriver en jeu. Une fois le troisième boss vaincu le jeu s'arrête et chacun compte les points d'investigation gagné lors de la partie. Celui qui en a le plus gagne.
À l'image de Ascension le joueurs vont devoir acheter ou combattre des cartes mélangées dans une pile (alliés, événements, minions, équipement, lieux, etc...) dont 6 cartes sont disponibles en permanence sur une piste. Chaque carte achetée ou vaincue vient rejoindre le Deck du joueur qui les a remporté. Certaines cartes en entrant sur cette piste vont déclencher des événements (rarement positif) pour les joueurs et les grands vilains (un peu à la manière de Legendary) vont voir leur pouvoir se déclencher à certains moment. Dark Gothic reprend habillement le concept des secrets des anciens du village par le biais de cartes spéciales qui vont se déclencher à retardement et vont pourrir la vie des joueurs. Le jeu reprend également le concept du Fanatique d'ascension avec une carte "mort affamés" toujours disponible pour tout les joueurs sur le plateau et qui va permettre de détruire des cartes de sa main ou de la piste centrale de 6 cartes.

Si le jeu n'a rien de très original il rempli plutôt bien sa mission en mode semi coopératif. Le jeu propose son lot de cartes vicieuses pour pourrir subtilement le jeu des adversaires sans pour autant les empêcher de vous aider. À ce titre c'est sûrement l'un des meilleurs jeux de Deck building semi coopératif auquel j'ai pu jouer.

Le jeu propose également, comme beaucoup de jeu Flying Frog, un mode coopératif. C'est pour ce dernier que j'ai acheté le jeu pour pouvoir y joueur en solo comme je le fais avec le plupart des jeux coopératifs que j'ai. 
Là je dois dire que en l'état en appliquant tels quel les règles proposées je suis plutôt un peu déçu. Ici plus de compétition on doit s'entraider pour détruire les trois boss. Afin de créer une tension au début du tour de jeu du premier joueur on lance un dé spécial pour chacune des cartes minions (ennemis mineurs) présentent sur la piste des 6 cartes en jeu. Sur une face tête de mort (une chance sur trois) la carte rejoint les boss et une fois que 10 cartes sont à côté des boss le jeu a gagné. Ce mode souffre d'un sérieux problème d'équilibrage et de rythme. En effet si l'idée des minions rejoignant les boss à la manière d'un compte à retour est sympa de fait il peut se passer plusieurs tours sans qu'ils ne montrent le bout de leur nez ou un usage systématique des "morts affamés" peut les virer du plateau avant même qu'ils ne puissent rejoindre les boss...
Je teste en ce moment une petit variante coopérative supportant le solo avec un seul héros que je me suis créé en mixant des idées proposées sur les forums de Boardgame Geek. J'attends de l'affiner et d'avoir un certains nombre de partie au compteur pour la proposer sur mon blog.

Question matériel, on est dans du jeu Flying Frog c'est à dire du bon matériel de jeu globalement. 
Les cartes sont de qualité quoi qu'un peu plus fines qu'à l'habitude mais comme on est ici dans un jeu de Deckbuilding il faut pouvoir les mélanger facilement.
Le livre de règle n'est pas super génial J'ai du le lire plusieurs fois pour comprendre certains concepts et les premières parties ont été un peu pénible pour certains effets de cartes mal expliqués (les points d'investigation par exemple). Si les règles sont illustrées de quelques photos de cartes vous ne trouverez pas de schéma vous détaillant et expliquant le fonctionnement de ces cartes. L'habitué de Deckbuilding s'y retrouvera mais le novice va souffrir.
Que dire également de la boîte proposant un thermoformage assez particulier. En effet, même si cela part d'une bonne intention à la base, vous pouvez le jeter car il est inutile voir il risque d’abîmer vos cartes si vous les protégez. La boîte propose des petits crans dans le thermoformage pour classer vos cartes mais l'espace entre ces crans est toujours le même et ne correspond absolument pas aux tailles des différents Deck de cartes. De même comme dit avant, si vous protégez vos cartes et bien elles rentreront difficilement dans le thermoformage. Enfin si vous comptiez avoir des intercalaires pour séparer et ranger vos Deck avec amour alors passez votre chemin car ici c'est pas prévu.

Au final, pour le joueur de A touch of evil et l'amateur de Deckbuilding le mode de jeu semi coopératif est très agréable à jouer tant par le thème que par la mécanique. Pour ce qui est du mode coopératif, voir solo, sans aménagement le jeu n'est pas mauvais mais ne mérite clairement pas l'achat. Question matériels, je suis un peu partagé entre la qualité réelle des cartes d'un côté et les règles et la boîte mal foutues de l'autre.

PS. : rendez vous d'ici quelques temps pour ma variante coop/solo qui je l'espère résoudra une partie des reproches de ce mode.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire